L’Octogone
Theatre de Pully

Ça veut dire quoi un onglet Carte Blanche dans le menu d’un site? Pour Wikipedia, il s’agit de « donner les pleins pouvoirs ». A qui d’abord ? Aux spectateurs ? Aux artistes ? J’ai envie de répondre que c’est déjà chose faite, donner les pleins pouvoirs aux artistes. Et aussi aux spectateurs. Le plein pouvoir de l’imaginaire est le carburant d’un théâtre. De notre théâtre. L’Octogone. On y travaille jour et nuit. On y brasse nos idées. Et soudain, il y en a une qui s’impose. Pourquoi ne pas confier l’illustration du site à des artistes de tout horizon ? En bref, pourquoi ne ferait-on pas appel à un regard extérieur qui serait allégorique, ludique, onirique ? Dis-moi comment tu ressens la culture. Raconte-moi ce qu’évoque pour toi le théâtre. Matérialise ton propos.

La première à relever ce pari fût Emmanuelle Antille, plasticienne. C’est le tour à présent des trois photographes attitrés de l’ECAL qui, sur une période de trois saisons, nous dévoileront à tour de rôle leur univers. Si je devais ne retenir qu’une chose de leur travail, c’est un regard décalé et assumé. Qui provoquera sûrement le débat. Qui fera dire on aime ou on n’aime pas. Exactement comme à la fin d’une pièce au théâtre de l’Octogone. Penser qu’on y retournera pour mieux comprendre, écouter, échanger et d’une certaine manière, s’enrichir.

 

Bonne découverte !

 

“Cette série de vidéos réalisée pour le théâtre de l’Octogone prend sa source dans une envie : celle de théâtraliser le quotidien d’une ville, de jouer avec ses habitants. Les passants, toujours vus en plongé, se retrouvent dans des situations inspirées tant par les films de Tati que les pièces de Beckett. Des espaces ludiques ou impossibles apparaissent dans notre quotidien. Le temps se fige, se retourne, se multiplie. La série se termine dans un théâtre d’ombres chinoise à même la rue, il ne reste du passant que son ombre.” Clément Lambelet

pOUR EN SAVOIR PLUS :  https://c-lambelet.com